30/12/2011

Petit moment détente

Un peu d'humour, mais pourtant si vrai...

Le syndrome de la construction (constructionnite aigüe)

construction.jpg


Les premiers symptômes sont très simples:

Dès qu'on sort, on mesure tout.
Chez les amis, on mesure les pièces de long en large, on mesure également leur carrelage.

On prend des photos, on s'intéresse à des détails autrefois insignifiants (hauteur des marches d'un escalier par exemple, le paillasson placé à l'entrée), puis on questionne tout son entourage : "17cm ou 18cm dans l'escalier ??"

On déplace ce qu'on a sous la main (chaises, papier, latte) afin de faire les angles de ce que sera sa future chambre.
On a toujours un mètre (mesureur) dans son sac ou la boite à gants.
Chaque fois que l'on reçoit des invites, ils ont droit au même refrain. On leur montre les plans, on les emmène voir le terrain s'il n'est pas trop loin... on ne parle que de ça !

Au niveau de l'entourage:
on vous peut-être fait la remarque que "vous étiez vraiment à fond là-dedans", peut-être dit de prendre des vacances et de se changer les idées tellement vous semblez ne vivre que pour ça…

Le roman de chevet n'est plus le dernier roman mais la bible du constructeur (construire et rénover avec succès) qu'on lit et relit comme si c'était du pain bénit... "Haaa chérie, tu te rends compte, on aura des poutres HEB ! Haaa chéri, on ferait bien ça aussi dans la salle de bain !!! »

On ne va plus au restaurant que pour manger, on y va pour visiter les chiottes aussi afin de prendre des idées décos... Même si on n’a pas envie d'y aller !! Et après, on y envoie sa chère et tendre "Va voir, c'est super beau !! Y a des spots au plafond et le carrelage brun superbe, le lave-main aussi regarde le lave-main!!!"

Ensuite, on devient vite obsessionnel... On se dispute avec sa femme vingt fois pour savoir de quelle taille et de quelle couleur sera le carrelage... pour choisir finalement quelque chose de complètement différent du choix initial !

Le malade atteint de constructionnite est très borné et il est difficile de lui faire admettre ses erreurs.

Les hommes sont les plus touchés, les femmes étant plus terre à terre "Mais enfin, chéri, un garage de 150m² chauffé pour ta bagnole c'est pas possible".

On a aussi tendance à mettre la charrue avant les bœufs... Dès le permis de construire accepté, les gens atteints de constructionnite aigüe démarchent déjà vers des cuisinistes, cherchent la déco pour la salle de bains. Ils n'imaginent pas que leur maladie va durer au moins un an.

Le meilleur, c'est lorsque le chantier commence. Les victimes sont reconnaissables à leur appareil photo dernier cri, souvent acheté pour l'occasion.

Tout y passe, même les engins de terrassement. Le patient photographie TOUT ! En passant par le terrain complètement sens dessus dessous...

Symptôme récurrent et significatif, le malade atteint de la constructionnite trouve que tout est beau, même les blocs de béton. Il se pâme devant comme si c'était de l'or et pose souvent devant pour une photo souvenir (photographié par sa chère et tendre).

Désormais, on ne part plus à la campagne le week-end, on va se promener sur le chantier afin de récupérer 2 kilos de boue sous chaque chaussure. On se pâme devant la dalle qui a été enfin coulée (c'est la plus belle des dalles) et on se prélasse dans le vide sanitaire fraichement monté. Quel bonheur, ce vide sanitaire !!! Vite, on y organise un pique-nique improvisé. "Mon dieu qu'on sera bien ici mon amour".

Au final, le patient atteint de cette maladie guérit après deux ans en moyenne et, chose bizarre, il est très rare qu'une même personne soit atteinte deux fois dans sa vie.

14:29 Écrit par jcma dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/10/2011

Impression soleil levant

Petite vue de la maison sur le levé du soleil d'octobre. Tout simplement magnifique.

20111017 - vue 01.JPG

12:53 Écrit par jcma dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |